BALEINES, SAUT EN PARACHUTE, RODÉO ET PARC NATIONAL : NOTRE AVENTURE QUÉBÉCOISE (ROADTRIP PART I)

October 27, 2017

Chers amis, désolée pour le manque de nouvelles, mais je n’ai pas eu accès à internet assez longtemps récemment pour publier cet article plus tôt (et il est prêt depuis une bonne semaine déjà) 😊

Le 7 septembre dernier, j’ai eu le plaisir de retrouver ma copine Audrey, qui me rejoignait au Canada pour partir à l’aventure pendant deux semaines !

 

On s’est retrouvées à Montréal, où on est restées 3 jours, car c’était la première fois d’Audrey ! On a un peu fait les classiques : avenue et parc du Mont-Royal, rues Saint-Laurent et Sainte-Catherine, canal de Lachine, Vieux-Port et basilique Notre-Dame. On est tombées sur le festival Oumf à la rue Saint-Denis, où on a bien dansé et on a fait du vélo tout le weekend (love les Bixi !).

 

Enfin bon, plus de détails et de photos là-dessus une autre fois, pour l’instant, place au roadtrip ! Je vous préviens, cet article est un poil plus long que d’habitude, mais y a plein de photos cool pour compenser 😊

10 septembre 2017, jour 1

 

On est allées chercher notre petite voiture de location et on s’est mises en route ! Direction la ville de Québec. Sur le chemin, on a fait un arrêt à Trois-Rivières pour manger, principalement. Et puis après un rapide passage à l’office du tourisme, on a décidé de faire la visite de la Vieille prison et du musée québécois de la culture populaire. Et quelle bonne idée ! Au musée, on a vu cinq expositions, qui étaient toutes assez sympa (même si j’avoue, on les a regardées en vitesse), dont une expo sur le festival western de Saint-Tite, une sur la BD québécoise et une expo interactive, plutôt destinée aux enfants mais bon, on a bien aimé quand même, ahah. Et ensuite on a commencé la visite de la Vieille prison, qui était faite par un ancien détenu. Disons qu’en soi, voir la prison… Voilà quoi. Par contre notre guide… Avec toutes ses informations, ses histoires et anecdotes, il a rendu la visite tellement intéressante (et émouvante par moment) ! Le bâtiment est classé comme monument historique et les conditions de détention des détenus y étaient dans les pires – voir les pires – au Canada quand elle était en service il me semble. Je n’aurais jamais pensé être aussi « ravie » d’une visite pareille ! Je conseille VRAIMENT.

 

Après ça on s’est promenées un peu au bord de l’eau et puis on a repris la route !

 

 Audrey, dans la voiture : « T’as déjà sauté en parachute ? – Non… »

 

11 septembre 2017, jour 2

 

Le matin on est allées voir les chutes Montmorency. On est montées à pieds jusqu’en haut via les 500 millions d’escaliers (mes pauvres cuisses !) et on a bu une petite limonade.

 

 

Ensuite on s’est baladées dans le vieux Québec tout l’aprem et on a bien fini la journée avec une petite bière sur une terrasse. Le pied quoi.

1/8

12 septembre 2017, jour 3

 

Ce jour-là on a repris la route pour Tadoussac. On s’est arrêtées en chemin pour voir et faire quelques photos de la belle et impressionnante basilique Saint-Anne-de-Beaupré.

 

 

A l’approche du ferry pour Tadoussac on a aperçu (de très loin) nos premières baleines ! Le soir on a mangé à Tadoussac et on s’est ensuite posées à côté du centre d’interprétation des mammifères marins pour observer une baleine qui mangeait dans la baie assez proche de la côte, accompagnée d’un joli coucher de soleil !

 

 

 

Audrey, dans la voiture : « A part ça, ça doit être dingue de sauter en parachute ! – Mmmouais, c’est clair………. »

 

13 septembre 2017, jour 4

 

Le matin on est parties à l’Anse-de-Roche, un joli point de vue au bord du fjord, pour faire quelques photos, puis on est allées au Cap-de-Bon-Désir pour observer les baleines (car oui, au cas où vous ne l’aviez pas encore compris, l’observation des baleines est un des attraits touristiques principaux de la région lol).

 

Ensuite on a mangé un bon petit repas pour faire le plein d’énergie avant d’embarquer à bord d’un zodiac pour une excursion de 2 heures afin… d’observer les baleines ! Hé oui, héhéé. Avec tout ça on aura vu des petits rorquals, des bélugas et des marsouins !

 

Avant de rentrer à l’auberge, on a fait un détour par les dunes de sable, qui sont apparemment une jolie chose à voir. Malheureusement la nuit venait de tomber et on est juste passées rapidement en voiture… Mais ça avait l’air beau !

 

 

 

Audrey, dans la voiture : « Ce matin j’ai checké sur Google et y a un truc de saut en parachute à côté du lac Saint-Jean. C’est à côté d’où on va, non ? – ……………………………Oui »

 

14 septembre 2017, jour 5

 

On a commencé la journée par la Baie-Sainte-Marguerite, car il y a un observatoire de bélugas, mais en arrivant au parking on s’est rendues compte que la rando pour s’y rendre était un poil plus longue que ce qu’on pensait, et comme on avait des billets pour une croisière à une heure de là, on a décidé d’être raisonnables et de partir tranquillement et sans stress direction Sainte-Rose-du-Nord (et aussi on avait pas envie de marcher).

 

À notre arrivée dans ce tout petit village tout charmant, on a embarqué sur le bateau et c’était parti pour 2 heures dans le fjord afin de se rendre à l’Anse-Saint-Jean, qui est un joli petit village niché au cœur du fjord du Saguenay et fait partie de l’association des plus beaux villages du Québec. On y a fait escale pendant une heure – juste le temps de manger – et puis ensuite retour à la case départ. Avant de quitter Sainte-Rose-du-Nord, on a fait une petite marche qui montait dans les bois et on s’est également rendues à un endroit avec une belle vue sur le village et sur le fjord pour faire quelques jolies photos.

 

 

 

 

Ensuite on a roulé jusqu’à notre airbnb, à Saguenay.

 

15 septembre 2017, jour 6

 

Le matin on a fait les larves. Entre dormir et glander, aller tranquillement s’acheter un petit repas chez Tim Hortons… Bref, on s’est mises en route lentement, quoi.

 

Et puis l’après-midi on a roulé jusqu’au lac Saint-Jean et on s’est arrêtées à la plage du Rigolet. On a fait des jeux de mots (pour rigoler………… Okay), on a fait des photos (merci le retardateur ! héhéé), on a bu un petit chocolat chaud… En fait on a juste attendu tranquillement que le temps passe, car on avait un rendez-vous en fin de journée pour… sauter d’un avion !

 

Hé oui, les petits messages qu’Audrey a balancé sournoisement jour après jour ont porté leurs fruits et on a pris rendez-vous le soir d’avant. Franchement, moi c’était pas sur ma liste de faire ça maintenant ! Mais bon, elle m’a convaincue. Enfin, c’est surtout que si elle le faisait, j’étais obligée de le faire aussi. Ahah, non mais au fond, j’avais quand même envie de le faire, c’est juste qu’il me fallait un petit coup de pouce pour me lancer. Plus de détails à venir, car si tout s’est bien fini, tout ne s’est pas passé comme sur des roulettes !

 

16 septembre 2017, jour 7

 

Après nous être remises de nos émotions de l’après-midi précédent, nous étions prêtes à passer cette journée sous le signe des cow-boys et du western ! Mais avant ça, j’en ai profité pour faire rafraîchir ma coupe de cheveux. Hé oui, quand l’auberge où tu loges a un salon de coiffure, faut en profiter !

 

Bref, on se préparait donc à rouler jusqu’à Saint-Tite, un petit village près de la ville de Shawinigan (et proche de Trois-Rivières, où on était déjà passées et on avait d’ailleurs vu une expo au musée sur le fameux festival de Saint-Tite). Ce petit village prend vie chaque année durant une dizaine de jours pour un festival western, rempli de concerts, d’activités et toutes sortes d’événements, et puis de rodéos, bien sûr ! Et par prendre vie, je veux dire qu’il y a plus de 600'000 visiteurs au total qui passent par-là ! Et en plus cette année c’était la 50ème édition ! On est arrivées et c’était BON-DÉ. Mais on a eu de la chance de trouver tout de suite une place de park et on est allées se promener dans le village. Les boutiques, les stands de bijoux et autres artisanats, les stands de bouffe et de boisson, on ne savait plus où donner de la tête (en fait je mens, on savait très bien : bottes western et poutine ! ahah). Et puis finalement on s’est dit qu’on allait zoner devant les portes de l’arène. Car bien sûr, comme on s’y est prises au dernier moment, il n’y avait plus de place pour le grand rodéo du soir. Et comme dans ce genre d’événement il y a toujours quelqu’un qui a des billets à revendre… On est arrivées et un gars nous attendait tout sagement, avec deux petits billets dans la main. Je veux dire… Ils étaient pour nous. Ahah. Bref, on s’est faites entuber sur le prix mais peu importe, c’était trop bien.

 

On a vu toutes les disciplines « classiques » qu’on imagine voir dans un rodéo (et que j’avais déjà eu l’occasion de voir au Stampede de Calgary) : monte des chevaux avec et sans selle, monte des taureaux, épreuves avec des veaux, barrel racing… Et puis on a vu les épreuves de la course de sauvetage et de l’échange de cavaliers. Non mais mon dieu. Tellement fun et improbable en même temps ! En fait la course de sauvetage, c’est le cavalier qui part depuis un bout de l’arène à toute allure, il doit traverser l’arène et puis faire un arc de cercle pour revenir en arrière et au passage prendre son coéquipier, qui court et se jette sur le cheval lancé au grand galop. Et puis l’échange de cavalier c’est la même chose, sauf que le premier cavalier saute du cheval et le deuxième prend le relais ! Ah ! Et il y a aussi eu du bull jumping ! C’est en gros un genre de corrida non cruelle.. ? En gros comme son nom l’indique, le gars se fait charger par le taureau et saute par-dessus (de manière originale, si possible). Bref, c’était une soirée vraiment chouette !

 

 

17 septembre 2017, jour 8

 

Cette journée-là a été plutôt tranquille. On s’est levées le matin et on s’est dirigées vers le parc national de la Mauricie. Notre plan, c’était de suivre la route qui traverse le parc d’un bout à l’autre, en faisant des arrêts photo et rando par-ci par-là. Malheureusement, on a pu voir qu’un côté du parc car il y avait des travaux et toute une partie de la route (au milieu) était fermée. Pourtant j’avais lu sur le site internet qu’elle était fermée seulement certains jours.. Alors soit c’est pas très bien expliqué, soit j’ai rien compris, mais on a pas pu passer lol.

 

Bref, après un arrêt au visitor centre, on est parties pour aller voir le Lac du Fou. On était derrière une autre voiture et tout d’un coup un ours a traversé la route devant cette voiture ! Audrey a hurlé « UN OUUUUUUUURS ! » et moi j’ai fermé ma fenêtre illico presto. Ahah, c’était ridicule. Mais on était trop happy car on avait vu notre premier ours 😊

 

Après ça, on a fait la petite rando du Lac Etienne, puis on a mangé notre picnic et passé tout notre aprem sur la plage du Lac Edouard.

 

Le soir, on est revenues pas loin de l’entrée du parc afin de faire une observation d’ours noirs ! C’est une activité assez populaire par ici. En fait on va dans une cachette, une cabane en bois avec une moustiquaire sur le devant – apparemment le reflet de la lumière sur la moustiquaire fait que les ours ne voient pas ce qu’il y a dans la cabane (enfin, si j’ai bien compris). J’imagine aussi qu’il y a des odeurs sur le bois pour masquer l’odeur des humains !? Il y a des œufs posés un peu plus loin, pour appâter les ours. Ensuite on ne fait plus un bruit et on attend. Le guide parle (d’un ton très monotone et avec une voix basse) et explique des choses sur les ours, comme par exemple qu’il ne faut pas faire de bruit, mais que si un ours arrive, il n’y a pas de problème à l’éclairer ou faire des photos avec le flash, car pour lui c’est similaire à un éclair par exemple, et il n’a pas peur. Ou encore de préciser quels outils il avait pour nous « protéger » ou effrayer l’ours au cas où celui-ci devenait agressif, comme du spray au poivre ou une corne de brume.

 

Bref, on a attendu une heure, et j’avoue que je commençais à croire qu’on allait pas avoir de succès avec cette activité, et puis finalement un gros ours est arrivé (apparemment le plus gros mâle que le guide ait vu en 2017). On a profité de l’observer et de faire des photos pendant une quinzaine ou vingtaine de minutes je dirais, et puis on est partis gentiment. C’était assez fou, il est venu tout près de la cabane, un moment il était à genre un mètre devant moi, je l’entendais respirer et mâcher ! Flippant.

 

 

 

 

Et c’est sur cette note sauvage que se finissait notre aventure québécoise, car le lendemain on prenait la route pour l’Ontario !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload